Gilets jaunes : après le black friday, le samedi noir

Après notre dernier article sur le Black Friday, le mouvement des gilets jaunes donne une nouvelle coloration à notre activité.

Nous avions samedi dernier notre évènement annuel avec Massimiliano Bresciani. Les années précédentes, l’effet combiné du froid, de Noël et de cet évènement faisait de ce samedi le plus gros jour de vente de l’année à la boutique. C’est un évènement annuel dont les retombées sont facilement identifiables et qui me semble statistiquement fiable !

Cette année, alors que chacun des premiers 11 premiers mois est en croissance, l’évènement a connu une baisse du chiffre d’affaire de 40% exactement. Précisément le chiffre des JT !

C’est la première fois que nous constatons réellement l’impact d’un mouvement social sur notre activité. Pour rester positif, je dirais que c’est la preuve que notre entreprise grandit, au sens où les échantillons deviennent représentatifs. Mais il faut bien reconnaître que c’est ennuyeux de perdre 40% de son plus gros jour de l’année. D’autant que nous n’avions pas vraiment vu venir le problème pour deux raisons. D’abord, les deux samedis précédents étaient bons. De plus, pour cet évènement, les clients devaient s’inscrire et nous avions beaucoup d’inscrits. Plus que l’année dernière.

Bref, tous les signaux étaient au vert jusqu’à la vague jaune.

Les annonces radios et télés en continu, décrivant les échauffourées dès 9 h du matin ont retenu chez eux certains clients. Par ailleurs, la circulation, quasiment impossible et en tout cas incertaine entre le rive gauche et droite a clairement tenu à distance les 40% (voire 60% si on considère la croissance attendue) des clients manquants.

La météo de samedi, étant presque identique à celle du samedi 2 décembre 2017 (le jour équivalent de l’an passé), n’a pas dû jouer sur l’activité.

En discutant avec d’autres commerçants du quartier, ils ont été moins touchés. Notamment les commerces de bouche, qui ont surtout une clientèle de quartier. Nous avons été affectés parce que nos clients viennent de tout Paris, voire de toute l’Ile-de-France.

Nous ne nous plaignons parce que d’autres commerçants ont dû fermer complètement leur commerce, faisant une croix sur un précieux samedi de décembre. Quand ils n’ont pas été carrément vandalisés ou pillés…

chaussettes de la collection capsule Bresciani inspirés des mosaïques de Caracalla

Les chaussettes de la collection capsule Bresciani inspirée des mosaïques de Caracalla

Nous ne nous plaignons pas non plus car une partie de ces clients empêchés de venir se sont reportés sur notre site en ligne pour acheter nos chaussettes. D’autres enfin ont simplement reporté leurs achats. Mais dans un report, on estime qu’il y a environ 50% de pertes. Alors que les commerces d’hôtellerie et de restauration, un report équivaut à 100% de perte. Encore une fois, nous ne sommes pas les plus à plaindre !

Cela nous conforte dans notre stratégie en ligne et en boutique, un canal pouvant soutenir l’autre lors de difficultés.

Le point vraiment positif de la journée est le carton de la paire capsule. Près d’un client sur quatre est reparti avec cette paire, dont le motif est inspiré des mosaïques des thermes de Caracalla, dont les ruines se visitent toujours à Rome. A propos de thermes et de ruines, nous espérons qu’un terme puisse être mis à afin de ne pas ruiner les efforts des commerçants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *